Il y a visiteur(s) sur cette page. Bonne visite !

dimanche 10 mai 2015

G20 à Toronto : les droits civils bafoués

Le sommet du G20 : un fiasco sur le plan des droits humains


Lexique
Les policiers ont bafoué les droits civils des manifestants, détenu des gens illégalement et fait usage d'une force excessive lors du sommet du G20 à Toronto il y a cinq ans, conclut l'organisme indépendant de surveillance de la police ontarienne.

Le Bureau du directeur indépendant de l'examen de la police dénonce aussi la mauvaise conception et le mauvais fonctionnement du centre de détention temporaire qui avait été mis sur pied par la police de Toronto sur les lieux mêmes des manifestations.

Le Bureau ajoute que les policiers ont violé de nombreux droits constitutionnels pendant cet événement tumultueux, au cours duquel plus de 1100 personnes ont été arrêtées - la majorité étant ensuite libérées sans faire l'objet d'accusations.

« Certains policiers ont bafoué les droits fondamentaux garantis aux citoyens par la Charte, et outrepassé leur autorité en arrêtant et en fouillant des individus arbitrairement et sans justification juridique », peut-on lire dans le document.


Le document de 300 pages précise que les manifestants n'ont pas été les seuls à recourir à la violence. « Plusieurs policiers ont fait usage d'une force excessive et semblaient vouloir démontrer qu'ils comptaient répondre à la violence par la violence, écrivent les auteurs du rapport. Cela a donné naissance à un cercle vicieux qui a vu les réactions des deux parties s'enflammer. »

Le rapport condamne les tactiques utilisées par les policiers autour de la législature provinciale, qui avait d'emblée été désignée comme zone de manifestations. La force qui a été utilisée pour contrôler les foules et pour procéder à des arrestations était « parfois excessive ».


« Il est juste de dire que la force utilisée pour contrôler les foules et procéder à certaines arrestations à Queen's Park était plus importante que tout ce que les citoyens de Toronto avaient jusqu'alors vu », affirme le document.

Le rapport conclut que les arrestations massives réalisées à proximité d'un hôtel du centre-ville étaient illégales, et affirme que des perquisitions et des arrestations menées à l'aube dans une résidence universitaire ont été effectuées sans les mandats nécessaires.


Le bureau dirigé par Gerry McNeilly condamne vertement les policiers pour avoir coincé des dizaines de personnes - parfois de simples passants - à une intersection du centre-ville pendant plusieurs heures en plein orage, qualifiant cette mesure de « déraisonnable, inutile et illégale ».

Même les policiers sur place ont jugé que cette situation était intenable, l'un d'entre eux ayant décrit l'officier responsable de la scène comme un « maniaque », dit le document.

« Quand est-ce qu'on va leur donner la chance de se disperser ? », a demandé un policier.

« Il n'en est pas question, c'est ça le problème », a répondu un autre.

« Eh bien, c'est stupide. »

Quant au centre de détention provisoire, le document critique les principaux officiers pour leur gestion de la situation.

Le rapport critique son surpeuplement, le manque d'eau, de nourriture et d'accès aux avocats, et le recours aux menottes de plastique et aux fouilles à nu. Elles étaient filmées et enregistrées sur vidéo.

Certains détenus ont dû utiliser les toilettes sans la moindre intimité, et plusieurs étaient retenus illégalement.

Le détenu Sean Salvati est escorté, nu comme un vers, devant une policière
Parmi eux, Tommy Taylor, présent à la conférence de presse mercredi, qui a passé près de 24 heures avec des menottes, et sa copine, dont on avait confisqué le soutien-gorge pour empêcher qu'il ne soit utilisé comme une arme.

Rempli d'émotion, M. Taylor a dit vouloir justice et transparence de la part des responsables.

« Le leadership en place pendant cette fin de semaine - il y a des gens qui ne méritent pas d'avoir encore leur emploi», a dit le jeune homme qui avait été épinglé sur le trottoir même s'il ne participait pas à la manifestation. «Personne ne veut prendre ses responsabilités. »

Les Canadiens sont forts quand vient le temps de faire la morale aux autres pays concernant les droits civils et le traitement des manifestants, a rappelé M. Taylor. « Nous condamnons les autres pays à ce sujet-là, a-t-il dit. Mais quand ça se produit ici, on essaie de balayer ça sous le tapis. C'est complètement ridicule et honteux. »

Maria Mourani demande une enquête indépendante et publique

En raison de documents mal remplis, M. MacNeilly affirme qu'il est impossible de déterminer avec précision combien de gens ont été arrêtés pendant cette fin de semaine, même s'il s'agit des plus importantes arrestations massives de l'histoire du Canada.


Under Occupation : Toronto G20 Summit Video Documentary


Le rapport formule 42 recommandations, notamment que les policiers soient légalement tenus de dévoiler toute preuve des mauvais agissements de leurs collègues.

« Les principaux officiers, en particulier, ne devraient pas approuver ou se distancer des agissements incorrects de leurs subordonnés », affirme le document.

Il incite aussi les gouvernements à prévoir suffisamment de temps pour planifier et préparer de vastes opérations de sécurité, deux éléments qui ont cruellement fait défaut lors du sommet du G20.

« Même si le manque de temps a certainement joué un rôle important, le comité opérationnel de planification doit aussi être tenu pour responsable d'avoir décidé que tout se passerait comme d'habitude », dit le rapport.

En bout de compte, le document condamne la police de Toronto - qui devait coordonner le maintien de l'ordre à l'extérieur de la zone de sécurité du sommet et qui était responsable du centre de détention provisoire - pour son manque de planification et ses graves problèmes de communication.

Le poste de commandement pour l'événement, qui avait été créé pour coordonner les activités policières, n'avait « aucune idée » du nombre de policiers en fonction.

Les policiers n'ont pas demandé à la foule de se disperser, ce qui a mené à des confrontations et à une hausse des tensions. Le rapport dénonce aussi l'officier responsable de la situation pour avoir, à un certain moment, qualifié les foules de « terroristes en maraude ».

Le sommet de juin 2010 a été marqué par des voyous qui ont fracassé des vitrines et incendié des voitures de police, tout comme par des arrestations massives - y compris celles de badauds innocents.


M. McNeilly a expliqué que son agence a décidé de compiler un total de 356 plaintes formulées en lien avec le sommet du G20 et de passer au peigne fin les techniques policières. Le bureau a déterminé que 107 de ces plaintes étaient fondées, dont 96 qui ont été jugées « sérieuses ».

De nombreux individus et groupes, y compris l'Association canadienne des libertés civiles, ont dénoncé les policiers pour avoir piétiné les droits de la population.

Plusieurs poursuites judiciaires ont été intentées contre la police de Toronto et d'autres agences pour brutalité policière et atteintes aux droits.

Plus tôt cette année, M. McNeilly avait recommandé que des accusations soient portées contre cinq policiers pour avoir battu un militant près de Queen's Park.

Par Colin Perkel - Le Devoir

Haut de page

Témoignages 

Émilie Guimond-Bélanger dénonce l'injustice et les abus dont elle avait été victime lors du sommet. Voici sa déclaration sur vidéo :




Maryse et Jacynthe Poisson ont dénoncées la torture psychologique qu'elles avaient subies lors de leur emprisonnement et poursuivent le SPVM qui était à Toronto pour prêter main-forte aux agents de la GRC, d'avoir participé aux conditions inhumaines de leur détention.

Les deux soeurs avaient d'ailleurs participés à une entrevue sous forme de documentaire à l'émission Le Droit de savoir diffusée sur TOU.TV.

Cet épisode pose un regard éclairant sur la question avec d’une part, les témoignages de deux personnes présentes lors des manifestations contre le G20 à Toronto et d’autre part, les réflexions et analyses des représentantes de la Ligue des droits et libertés, de l'Association canadienne des libertés civiles, puis de Me Lucie Lemonde, professeure de droit à l'UQAM.

Autres témoignages :
D'autres arrestations en images :









Lieu : Saint-Hyacinthe, QC, Canada

2 commentaires :

  1. I really appreciate the kind of topics post here. Thanks for sharing us a great information that is actually helpful. Good day!

    RépondreEffacer
  2. Je ne sais pas, ce que vous vraiment préférez, mais quant à moi, le meilleur lécheurs et les surgeons sont http://fr.camsdesire.com/lyc%C3%A9ennes. Même s'ils sont virtuels, ils font leur travail VRAIMENT bien ! Ne manquez pas une chance d'essayer.

    RépondreEffacer

Commentaires Facebook

Article 3 : « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. » - Déclaration universelle des Droits de l'Homme, 1948