Il y a visiteur(s) sur cette page. Bonne visite !

jeudi 21 mai 2015

Cecily McMillan est emprisonnée pour avoir été agressée par un policier

Voici la malheureuse histoire de Cecily McMillan


Cecily McMillan est une jeune militante pour le mouvement Occupy Wall Street, est âgée de 26 ans et une organisatrice syndicale très active. Elle a été reconnue coupable d'avoir agressé un agent de police de New York (NYPD) le 17 mars 2012.
C'est lors d'une manifestation du mouvement populaire Occupy Wall Street tenue le 17 mars 2012 que la militante se fait bousculer et agresser par un policier de la ville de New York.
 « Je me souviens avoir été surprise par derrière par ce policier, il a agrippé mon sein droit avec tant de force qu'il m'a soulevée du sol. C'est à ce moment que mon coude a rencontré son visage. » 
 « Je me souviens aussi que quelqu'un m'a poussée violemment au sol et que mon visage a frappée une grille. J'ai su par la suite que j'étais attachée à un brancart et ma jupe était au-dessus de mes hanches. » 
 « J'avais des contusions partout sur le corps et une empreinte de main sur ma poitrine. J'ai appris plus tard que j'avais été battue sur la tête, déclanchant une crise d'asthme. »
Cecily était incapable de se tenir debout pendant son arrestation
Les forces de l'ordre avaient procédés à plusieurs arrestations
Elle a reçu un soutien très fort des militants de la ville et aussi à travers le monde lors de son procès pour crime aggravé et subséquent à une sentence de prison. En octobre 2014, elle fait face à un délit mineur, cette fois pour avoir filmer des policiers dans une station de métro.

Après deux années de preuves censurées et de sélection manuelle des jurés, le procureur était manifestement favorisé par la partialité écrasante du juge Ronald Zweibel.

Lors d'une pause au tribunal

Dans un verdict scandaleux qui a stupéfié les observateurs extérieurs, elle a été reconnue coupable en dépit des preuves insuffisantes.

Zweibel a condamné Cecily à 90 jours de prison, à Rikers Island, avec cinq (5) ans de probation. Elle fut libérée au bout de 58 jours de captivité.

Rikers Island
Mais Cecily a été renvoyée à Rikers, sans caution, le 5 mai 2014 en dépit du fait qu'elle n'avait manqué à aucun rendez-vous judiciaires pendant deux ans. 

Cecily est libérée de prison pour bonne conduite le 2 juillet suivant. Elle a accordée plusieurs entrevues, elle continue d'affirmer son innocence et dénonce les conditions inhumaines pour les détenu(e)s de Rikers (voir la couverture des médias).



Voici le point de vue de Kevin Zeese, un organisteur pour le site américain PopularResistance.org



Après sa libération, Cecily a écrit une Op-Ed (Opinion Page), titrée What I Saw on Rikers Island et qui a été imprimée dans le New York Times. Son entretien est apparu comme un reportage dans le Cosmopolitan.

L'Op-Ed était accompagnée par le déclanchement d'une pétition (résidents des États-Unis seulement) et qui avait reçu plus de 10,000 signataires, à quel point Cecily et ses alliés les apporte au commissaire du service correctionnel de Rikers Island.


Pendant la longue période entre son arrestation initiale et le procès devant jurés, Cecily a été appréhendée en décembre 2013 sur de fausses accusations, qui plus est, par des officiers du NYPD qui collaborent avec le bureau du procureur de district.

Erin Choi a discuté de l'arrestation, notamment de fabrication de témoignages des policiers, à la longueur de ses arguments de clôture - qui a été admis illégalement par le juge Zweibel.

Madame McMillan est retournée au tribunal le 6 octobre 2014 pour entrave à l'administration gouvernementale. Ses ami(e)s demandent à tous les partisans et alliés de se joindre à eux en remplissant la salle d'audience et en élevant leurs voix contre la brutalité policière et les arrestations massives.

Cecily et son avocat, Me Martin Stolar
Si vous ne l'avez pas déjà fait, s'il vous plaît, confirmez votre présence sur Facebook (sans oublier Twitter) et passez le mot en utilisant le hashtag #JusticeForCecily.


Lieu : Saint-Hyacinthe, QC, Canada

0 commentaires

Publier un commentaire

Commentaires Facebook

Article 3 : « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. » - Déclaration universelle des Droits de l'Homme, 1948